•  untoreh-lumière

Méthodes pour accéder à un bureau à distance depuis une tablette Android.

Qualités de streaming, configuration des entrées et remplacements des raccourcis clavier...

But

avoir un environnement utilisable sur la tablette à programmer (avec emacs).

La solution évidente (?)

Utilisez la tablette comme client léger pour une configuration correcte du bureau.

Protocoles disponibles

Supporter

J'utilise une tablette avec un clavier mécanique car les ordinateurs portables avec de bons claviers mécaniques n'existent pas vraiment... n'est-ce pas ? Ou s'ils existent, ils sont chers et le clavier est appartementen tous cas. Garder l'écran à l'angle de vision correct nécessite un support, ou l'un de ces supports avec une tige pliable, avec des poignées ou des pinces magnétiques.

Contrôles d'entrée

J'attache un clavier mécanique à la tablette, avec un Convertisseur OTG . Bluetooth serait bien aussi... Le problème, c'est qu'Android en mappe certains assez fréquent raccourcis qui sont utilisés sur Windows, qui utilisent soitMETA (ALT ) ouMETA (la clé Windows). Et ne fournit pas un moyen de les désactiver. KeyMapper fonctionne partiellement, en ce sens qu'il peut désactiver l'action du côté Android, mais je ne peux toujours pas transférer les combinaisons de touches.

Distant ou natif ?

Est-ce que l'utilisation d'un client distant est une bonne chose ? Peut-être qu'utiliser emacs directement sur Android et utiliser les capacités à distance d'emacs est une configuration plus compatible ? Pour installer emacs sur android, vous devez utiliser chroots. UserLand facilite la création de chroots de distributions communes et le démarrage direct d'un XServer. Cependant, avoir une bonne expérience d'emacs nécessite encore beaucoup de configuration. Emacs-nox sur termux serait-il meilleur qu'emacs-gtk via userland/VNC ? Termux prend en charge applications x11 . Il utilise Xwayland pour fournir un support X11 pour les applications, il semble être beaucoup plus rapide que le serveur xsdl x11, car (je suppose) il utilise la mémoire partagée pour la mise en mémoire tampon des flux (au lieu des sockets TCP ou Unix). Il n'y a toujours pas de prise en charge de l'accélération matérielle, ma tablette est de toute façon équipée d'un GPU POWERVR qui n'a toujours aucune forme de pilotes open source (mais apparemment, sa sortie est prévue quelque part au deuxième trimestre 2022). J'ai également exécuté avec succès un linuxdeployerchroot configuré qui n'a pas la surcharge de proot au-dessus du serveur termux-x11. Cependant, le chroot doit correspondre à la version wayland (et peut-être aussi à mesa) de termux.

Conclusion

Compte tenu des coûts de configuration liés à l'exécution d'emacs sur la tablette Android, à ce stade, une session à distance est encore plus pratique. Si les efforts de termux X11 et la sortie éventuelle d'un pilote powervr finissent par réussir, l'équilibre pourrait se déplacer vers une configuration native.

Si emacs avait pris en charge la pile graphique Android, ce ne serait plus vraiment le choix, mais ce n'est pas le cas, et il n'y a apparemment aucun intérêt pour cela (il n'y a également aucun intérêt pour une interface tactile aussi, donc le meilleur L'option d'utilisation d'emacs sur des appareils portables sans clavier approprié à ce stade serait emacspeak).

NixOnDroid pourrait faciliter la configuration pour l'ajout de tous les outils requis par emacs, que ce soit cela ou la prise en charge à venir de nix pourarm64.

Il y a toujours le problème de certains raccourcis clavier qui ne passent pas, pour lesquels une solution de contournement courante consiste à les mapper à d'autres raccourcis, heureusement il existe un très puissant application de mappage de touches pour Android . Je devrai vérifier la consommation de la batterie parsec, et si elle est trop élevée, j'envisagerai soit un simple RDP, soit une simple session ssh à distance avec emacsi dans le terminal.

Mots-clés :